Vols et combats sur Nancy, 1917

L'escadrille Lafayette

L'aviation au Chemin des Dames

1916: De Belfort à Nancy

Le lapin à la trompette: Escadrille 39

Les "Cigognes": de Cachy au GC 12

Verdun: Ciel d'enfer, 1912-1918

Pour la suprématie de l'air

Tirer dans l'axe du vol

Puissance et crise du bombardement stratégique. Malzéville. Printemps, automne 1915

Au service des Corps d'Armée. Mai-juillet 1915.

La guerre du ciel, 1914-1918

 


 

 

  

L'aviation au Chemin des Dames

 

90dpi Couv 19

En février 1917, le général Joffre a été remplacé à la tête des Armées françaises par le général Robert Nivelle.

Sûr de la justesse de son orientation stratégique de reprise de la guerre de mouvement, il se fait fort d'obtenir la "percée décisive" dans la bataille d'Artois qui portera le nom de l'objectif à l'Ouest, —le Chemin des Dames, Craonne constituant le versant Est de la bataille.

La 6ème Armée à gauche est chargée d'ouvrir la "porte de gauche", la 5ème Armée celle de droite, permettant ainsi à la 10ème Armée placée en position de réserve de s'engouffrer entre les deux.

Ainsi en 2 à 3 jours, selon ses dires, les Allemands seront obligés de faire face à cette reprise de la guerre d'attaque. La présence de deux Corps de cavalerie à la 10ème Armée signe cette orientation

Le lieutenant-colonel Barès qui a été entrainé dans la chute avec le général Joffre a été remplacé par le commandant Paul du Peuty à la tête de l'aviation au GQG.

Ancien commandant de l'Aéronautique de la 10ème armée, depuis octobre 1915 après avoir été à la tête des escadrilles de chasse de cette armée, il trouve avec cette nomination une aviation en mutation et en plein doute dans les relations entre l’avant et l’arrière.

Se basant sur la réussite de la chasse lors de la bataille de la Somme (1916) et disposant d'un outil ad hoc —les Groupes de Combat directement rattachés au GQG— le commandant du Peuty apporte la contribution de l'aviation à la tactique de l'attaque à toute force qu'il partage avec le général Nivelle.

L’échec de cette tactique aura pour conséquences son retour à son arme d’origine.

Le général Pétain nommé à la tête des armées définit la tactique des « offensives à objectifs limités » dans laquelle il définit la place et le rôle de l’aviation. La reconquête de Verdun en sera une des premières applications.

15 euros (+ port 5 Euros)

Bulletin de commande iconepage

Pages en consultation:

 

 

 

Bombarder jour et nuit, l'escadrille 110

De l'Etoile à la Cigogne, l'escadrille 103

Bombarder et chasser. L'impossible rupture: février-avril 1915

Hiver 1914: Voler entre dunes et tranchées

Célestin Pégoud, Roi de l'Air et premier As

1914: l'aviation entre en guerre

L'aviation aux manoeuvres, 1910-1913

Donnez des aéroplanes à la France

Le Concours d'aviation militaire