Création

Commandement

Stationnement

Personnnel

Portraits

Victoires et pertes

Historique, missions

Evénement

Photos

Articles et récits


 

Historique, missions

 
[1914]  [1915] [1916] [Témoignage d'un artilleur] [38ème Corps d'Armée] [Carte des déplacements de l'escadrille ]

 1914

2-13 août 1914
Concentration dans la région Vouziers, Rethel. La C39 a son terrain d'aterrissage à Rethel où se trouve le QG de la Vème armée.

Travail de reconnaissance

13-21 août
Mouvement vers le nors-est puis le nord jusqu'à la ligne Jeumont, Charleroi, Floreffe, Dave, Givet, Revin. Reconnaissances

15 Août
Reconnaissance Lt Vuillemin
 Départ de Rethel 3h30 (voyage de nuit de ¾ d’heures)
 ---
 Le départ a eut lieu dans la nuit à 3h30. Le pilote s’est dirigé pendant 30 minutes à la boussole éclairant les instruments de bord à l’aide d’une lampe électrique de poche.
 La reconnaissance s’est effectuée à 2.000 m
(JMO de l’Aéronautique de la 5ème Armée 1914)

21 Août
L'escadrille se déplace par la voie des airs pour suivre  le QG et vient stationner à Signy le Petit puis Chimey

21-23 août Bataille de Charleroi,  Bataille de Charleroi

Puissante attaque allemande sur le front de la Sambre.
A partir du 24 août, repli jusqu'au sud de l'Oise en accompagnant le Q.G.
 

 

    • 25 août Vervins
    • 27 août Sissonne
    • 30 août Laon
    • 31 août Carbourg

      27 août - 6 septembre Bataille de Guise, Bataille de Guise

      6-10 septembre Bataille de la Marne,  Bataille de la Marne
      Bataille des deux Morins

      5/09 L’aviation apporte d’intéressants renseignements : les observateurs ont aperçu de vastes mouvements de retraite dans la région de Montceaux-les-Provins et Montmirail.

      6/09 Des reconnaissances d’aviation repèrent de très importants déplacements de troupes dans la région de Courtacon, La Ferté-Gaucher, Montmirail, Esternay, Montceaux-les-Provins vers le nord. C’est le 4e C.A. de l’armée de von Kluck qui rebrousse chemin. Le 3e C.A. a également été rappelé et commence sa retraite vers Sancy et Montceaux-les-Provins mais a été attaqué par le 18e C.A. français.

      7/09 Franchet d’Esperey reçoit un coup de téléphone du colonel Huguet. Au dire d’aviateurs français, toute la partie de l’armée allemande opposée à la Ve armée française serait en retraite vers le nord. Des reconnaissances aériennes françaises confirment ces informations.

      L’ennemi bat en retraite sur tout le front. La Ve armée doit s’efforcer d’atteindre en soirée le Petit Morin

      8/09 9h Des observations aériennes ont vu des colonnes d’infanterie, d’artillerie et de voitures battant en retraite vers le nord. La région de Rebais, La Ferté-sous-Jouarre - Coulommiers est vide d’ennemis, les colonnes se dirigent vers le nord pour franchir la Marne entre La Ferté-sous-Jouarre et Château-Thierry.

      09/09 11h30 Un aviateur a parcouru toute la zone de combat de la Ve armée. Il a vu vers 9h des combats violents se dérouler autour de Saint-Prix, Montgivroux et Broussy. Il a constaté que la ligne de bataille de la IXe armée s’était fortement déplacée vers le sud, sur la Maurienne, soit 20 km au sud de Sézanne. L’aile droite de la Ve armée est donc largement débordée. Il a également vu Château-Thierry vide, les ponts d’Azy et de Jauglonne intacts. Seul celui de Mézy est détruit.

      (réféence: Bataille des deux Morins)

       15 septembre Bataille de l'Aisne

      ---

      V° ARMEE
      Direction de l’Aéronautique N° 851 / S NOTE

      Le Chef de Service aéronautique de la V° Armée est heureux d’adresser ses félicitations à l’escadrille C.M. pour les résultats exceptionnels qu’elle a obtenus, dans la journée du 17 Décembre. Profitant de la première éclairice, après une période de mauvais temps, tous les pilotes sont sortis. Le Lieutenant VUILLEMIN a donné la mesure de son adresse et de son audace
      1°) en réglant, au moyen de la T.S.F. avec son appareil monoplace, le tir d’une batterie de 155 sur une batterie allemande du Fort de WITRY.
      2° En éxécutant en pleine obscurité, vol qui a permis de repérer, par les lueurs, quatre batteries allemandes dont les emplaceents n’étaient pas exactement connus.
      L’escadrille a en outre éxécuté deux reconnaisances stratégiques, dont les résultats ont été très intéressants et deux réglages de tir pour l’Artillerie du Secteur de REIMS.
      Le 18 Décembre 1914
      Le Chef du Service aéronautique.

       

      1915

      [Carte des déplacements de l'escadrille]

      Mois de janvier 1915 mauvais temps.
      Reconnaissance et réglages de tir avec TSF
       
      Journal de Marches et des Opérations, Vème Armée, 6 janvier 1915

      7 février vol de nuit pour repérer une batterie. Sans résultat
      3 mars Maïcon revient de Saint-Cyr avec caudron biplan.

      Mars bataille de la Ferme d'Alger


      5 et 7 avril: La C39 est bombardée à Villers. 22 obus de 130. Pas de dégat. Offensive allemande en avril
      S'installe à Sermiers. Reconnaissances

      11 mai reconnaissance sur  Pontfaverger. Avion atteint.

      27 mai réglages et barrages de la c6 et c39

      L'escadrille est rattachée au 38ème Corps d'Armée.

      1er juin réglage sur un rassemblement aux environ de Nogent l'Abesse
      2 juin reconnaissance sur Nauroy, Beine, Brimont
      3 juin reconnaissance sur la Suippe. repérage deux pièces de 130.
      6 juin une reconnaissance sur la Suippe. Lancement  de 1000 flechettes sur le drachen
      10 juin 39 barrage
      14 juin une reconnaissance sur la Suippe
      15 juin une reconnaissance sur la Suippe

      16 juin une reconnaissance sur la Suippe
      17 juin reconnaissances sur la Suippe de la 39 très canonnées
      18 juin attaque d'un avion allemand. Deux reconnaissances sur Barancourt

      24 juin reconnaissance du front

      27 juin Adjudant Clément évacué pour neurasthénie

      3 juillet c39 Reconnaissance sur Rethel, Attaque d'un drachen, bombes sur Nauroy.
      4 juillet reconnaissance sur Rethel et bombardement de la voie ferrée. Les avions sont très fortement canonnés à Saint-Hilaire le Petit..
      8 juillet c39 7 obus sur Witry, Berru. Chasse d'un avion.
      9 juillet c39 attaque d'un drachen. 4 obus de 90 sur 18 sur un bivouac. Réglages de tir.
      10 juillet attaque d'un drachen (1500 fléchettes et mousqueton) . Chasse, photos réglage de tirs
      18 juillet attaque d'un drachen avec 4 obus
      19 juillet deux vagues d'attaque attaque d'un drachen et de son hangar à Lavannes (N. E. de Reims) avec 2 fois 4 obus

      Préparation de l'offensive de Champagne (25 septembre, 16 octobre)

      3 septembre tentative de bombardement de Bazancourt. Echec
      10 septembre préparation de l'attaque 
      Reconnaissance de la 39 sur La Serre est attaquée par un fokker. Un combat aérien  est livré au dessus de l'Aisne par l'adjudant Bodin dont la mitrailleuse s'enraye.
      13 septembre L'escadrille c39 se transporte à Mareuil s Ay. Continuation de la préparartion de l'attaque. Le ballon de Merval est fortement canonné.

      23 septembre Réglages d'ALVF.

      1916

      29 février 1916
      Un détachement de bi-moteurs prélevé sur les escadrilles C6, C39, C53 quitte l'armée pour Bar-Le-Duc sous le commandement du Lt Lis.

      31 mars 1916
      L'escadrille MF 55 est annoncée pour renforcer l'escadrille C 39 au 38è CA.

      21 avril
      Le 21 une reconnaissance C 39 signale des trains à Amifontaine, Laon, Saint-Etienne sur Suippe, Bazancourt, Lavanne, Warmenville (?), Pont-Faverger.

      (En cours)

      [Carte des déplacements de l'escadrille]

       Témoignage: Carnet de route d’un artilleur

      « 21 août (1914)
      Arrivée à Montmédy par la pluie… Ordre de dissimuler sous les arbres nos pièces et nos chevaux blancs. Les avions allemands commencent à circuler au-dessus de nous.
      22 août
      Le général dicte ses ordres, puis nous échangeons le résultat de nos observations. D’abord nous n’avons pas d’artillerie lourde pour répondre aux 105 et 150 allemands. Leurs avions ont déployé une grande activité pendant toute cette journée, signalant les objectifs aux artilleurs en laissant tomber des fusées. Par contre pas un appareil français, du moins dans notre secteur ne s’est montré.
      23 août
      A midi un avion allemand vient nous faire une petite visite. Il laisse tomber une fusée noire au-dessus de nous…
      A la vue de l’avion, les soldats se mettent à tirer comme des fous, malgré les ordres…
      Vers 15 heures arrivent trois avions français. Il est un peu tard, mais il ne faut pas négliger cette occasion. Je vais trouver un des aviateurs. Malheureusement leurs appareils sont trop faibles et ne peuvent emmener un observateur. Donc rien à faire. Mais ils nous promettent de revenir le lendemain, si nous en avons besoin, avec des appareils blindés à deux places. Sur ces bonnes paroles, ils se renvolent bien tranquillement.
      25 août
      … je téléphone au gouverneur de cette place de bien vouloir téléphoner à son tour à Stenay pour qu’on nous envoie un appareil capable de porter un observateur avec le pilote. Je lui demande d’insister sur ce dernier point. Environ deux heures après nous avons le plaisir de voir arriver un biplan français. Je me précipite à sa rencontre : « Pouvez-vous porter un observateur ? –Non. L’escadrille n’a que des monoplaces ». Quelle déception. Je suis désolé d’avoir fait venir ce pauvre aviateur pour rien. Mais je commence à me rendre compte pourquoi nous voyons si rarement des avions français. Nous devons malheureusement n’avoir que très peu d’avions et ils sont employés aux grandes reconnaissances. Il n’en reste pas suffisamment pour faire comme les Allemands et aider à régler le tir d’artillerie.
      16 septembre
      Durcris vient me voir et m’apprend une bonne nouvelle : les aviateurs fonctionnent très bien, repèrent les rassemblements et les batteries ennemies et ont permis à nos 75 de faire de très utile besogne… »
      (Lieutenant Robert Deville. Carnet de route d’un artilleur, Virton La Marne. Librairie Chapelot, 1916)

       

      38ème Corps d'Armée, Batailles

      38ème Corps  d'Armée

      25 octobre 1914-9 juin 1917

      Constitution et occupation du front de Reims (guerre de mines) jusque vers la Neuvillette, à gauche, et à la ferme des Marquises, à droite.
      Le 22 décembre, attaque locale française sur le Linguet.
      Le 2 mars, attaques locales allemandes dans la région fort de la Pompelle, ferme des Marquises.
      Du 8 septembre au 2 octobre, extension du front, à gauche, jusqu'au Godat.
      Les 19 et 20 0ctobre, attaques allemandes par gaz dans la région de la Pompelle, ferme d'Alger.

      1916
      Le 27 mars 1916, limite gauche portée vers Loivre.
      Le 18 septembre, secteur étendu à gauche jusqu'à Berry-au-Bac inclus (guerre des mines à la cote 108)


      1917
      Le 4 janvier 1917, secteur réduit à gauche, jusqu'au sud du Godat, et le 30 janvier étendu jusqu'à Sapigneul.
      Le 13 février, nouvelle réduction à gauche, jusqu'aux Cavaliers de Courcy.
      A partir du 16 avril 1917, engagé dans la 2ème BATAILLE DE L'AISNE.
      Attaque et progression dans la région des Cavaliers de Courcy
      Organisation d'un secteur dans cette région.

      9-12 juin - Retrait du front; repos à Villers-Allerant
      12 juin 1917 - 10 mai 1918 -Occupation d'un secteur entre la Neuville et la Miette
      Le 17 août, extension du front, à droite, au-delà du Godat.

      1918
      Le 28 mars 1918, extension à droite jusqu'aux Cavaliers de Courcy.
      Le 31 mars réduction à gauche jusque vers Sapigneul
      Le 27 avril, extension à gauche jusqu'à la ferme de Vauclerc.

      10-30 mai - Relève par des troupes britanniques et le 17 mai retrait du front. mouvement vers Jonchery sur Vesles.Transport vers Aumale, Béthune ou Arras.
      30 mai 15 juillet Mouvement vers Trilport.
      A partir du 1er juin engagé dans la 3ème BATAILLE DE L'AISNE.
      Combats violents sur les deux rives de la Marne. Arrêt de l'offensive allemande vers Courthiézy, Jaulgonne, Château-Thierry, Vaux.
      Organisation d'un secteur dans cette région:
      Les 1er et 6 juillet, attaque locale française vers Vaux
      Le 8 juillet, secteur réduit, à droite jusque vers Méry.
      15-18 juillet - Subit, vers Méry, le choc de l'offensive allemande (4ème BATAILLE DE CHAMPAGNE)
      Le 17 juillet limite droite à Jaulgonne

      18 juillet - 4 août Engagé dans la 2ème BATAILLE DE LA MARNE.
      Jusqu'au 8 juillet prend part à la BATAILLE DU SOISSONNAIS ET DE L'OURCQ puis à la BATAILLE DU TARDENOIS.
      Combats sur l'axe Château Thierry, le Charmel, Ronchères, Mont-Saint-Martin.
      4-24 août Retrait du front (relève par des élémenst américains) mouvement vers Montmort
      24 août 26 septembre MOuvement vers Vanault-les-Dames, puis vers le front, et à partir du 29 août, occupation d'un secteur dans la région nord-est du Mesnil-les-Hurlus, Vienne-le-Château.
      Le 16 septembre, réduction du front à gauche jusque vers la ferme de Beauséjour.
      Le 23 septembre, réduction, à gauche jusque vers la Main de Massiges.
      26 septembre - 6 novembre - Engagé dans la BATAILLE DE CHAMPAGNE ET D'ARGONNE (BATAILLE DE SOMME-PY et son exploitation)
      Progression jusqu'au front Binarville, Autry, Vaus.les-Mouron (atteint le 1er ctobre) puis organisation des positions conquises.
      A partir du 9 octobre, franchissement de l'Aisne et avancée jusqu'à la ligne Termes, Olizy. Occupation et organisation d'un secteur dans cette région:
      Le 13 octobre, extension du front à gauche, jusque vers la Falaise.
      A partir du 1er novembre, engagé dans la BATAILLE DU CHESNE.
      Prise de Boult-aux-Bois et de Brieulles-sur-Bar.

      6-11 novembre -Retrait du front mouvement vers Leffincourt, puis vers Vitry-le-François. 

      (Référence: Les Armées françaises dans la Grande Guerre)

    • Carte des déplacements de l'escadrille
carte c39 m

Escadrille 26

Escadrille 27

Escadrille 28

Escadrille 29

Escadrille 30

Escadrille 31

Escadrille 32

Escadrille 33

Escadrille 34

Escadrille 35

Escadrille 36

Escadrille 37

Escadrille 38

Escadrille 39

Escadrille 40

Escadrille 41

Escadrille 42

Escadrille 43

Escadrille 44

Escadrille 45

Escadrille 46

Escadrille 47

Escadrille 48

Escadrille 49

Escadrille 50