A

B

C

D

E

F

G

H

I

J

K

L

M

N

O

P

Q

R

S

T

U

V

W

X

Y

Z

   
Delin Joseph-Louis-Paul
Né le: 7 mars 1892
Mort le:
Profession avant la mobilisation: Séminariste
Passé à l'aviation le: septembre 1917
Brevet militaire le:
Parcours:
Affectations:


+ DELIN (Joseph-Louis-Paul), des Eudistes.
Né à Fougères (I-et-V.), le 7 mars 1892 ; sémin.
- En service (S. A.) s.-intendance 3° C. O. A., Rouen
(2 août 1914) ; au front, sur sa demande, Q. G.
3 C. A. (5 août 1914); 39° R. I. (11 févr. 1915)
au front, combattant 239° R. I. (mars 1915) ; branc.
(14 juill. 1915) ; sur sa demande, aviation (sept.
1917) stage à Pau ; esc. de chasse S. P. A. /157
(7 juin 1918) ; serg.-pilote de chasse ( 7 juill. 1918).
A été mêlé aux actions suivantes : — 1914: Retraite de Belgique, Charleroi ; — 1915 La Folie, Mont Saint-Eloi, N.-D.-de-Lorette (25 sept.) — 1916 Verdun, Fleury (23 juin) ; — 1917: Chemin des Dames, Laffaux (1er 15 sept.) ; — 1918 : Champagne (août). — Tué en combat aérien, le 15 août 1918 ; tombé en terrain ennemi à l’ouest de Moronvilliers.
1er ordre 260ème Briqade, n° 6, 19 oct. 1915: « Soldat-brancardier d’un dévouement absolu et d’un courage remarquable. N’a pas hésité à exposer sa vie, à plusieurs reprises, pour aller au secours de ses camarades en avant des tranchées françaises. »
2ème Ordre 130e D. I., n° 68, 10 juilI. 1916 : « Brancardier d’un dévouement extraordinaire et d’un exemple constant de bravoure en toutes circonstances. Sous des bombardements d’une violence inouïe, a secouru et pansé sur place un grand nombre de blessés. Modèle de sang-froid et d’abnégation. Déjà cité à l’ordre. »
3ème Ordre I. D./130, no .79, 8 oct. 1917 : « Brancardier auxiliaire. Toujours volontaire pour les missions les plus périlleuses. Modèle de courage et d’abnégation et d’un dévouement à toute épreuve. S’est à nouveau distingué comme chef d’équipe, lorsque le régiment tint un secteur d’attaque très violemment bombardé, du 1er au 15 sept.
4è Méd. MiI. posthume, 28 mai 1921 (J. 0., 21 mai 1992) « Sous-officier modèle de courage et d’abnégation, possédant la confiance entière de ses chefs et de ses homme. S’est affirmé comme un brave dans tous les combats auxquels il a pris part. A trouvé une mort glorieuse, le 15 août 1918, dans un combat aérien dans le secteur de Mont-Froid. Croix de guerre avec palme. »

Documents communiqués par Jacques FOURE LARIVIERE

 

.